LE SYNDROME DU GRAND CHIEN NOIR

Alors que nous nous promenions à proximité du Relais du Vert Bois avec notre fille Garance et nos deux chiens Beauceron « Cachou et Igloo », nous avons croisé nos invités du gîte accompagnés de leurs enfants. Ces derniers ont été immédiatement apeurés par nos deux toutous au demeurant extrêmement gentils ! Réfugiés dans les bras de leurs parents, leur détresse faisait peine à voir…

J’ai eu beau tenter un début de dialogue pour les calmer… rien n’y a fait et cela a même été pire encore.

Un peu plus tard dans la journée, alors que j’observais nos deux chiens jouer ensemble, je songeais au fait que tous les chiens ne sont pas égaux dans le regard des humains. Que ce soit en promenade ou en refuge comme candidat à l’adoption, mieux vaut être un petit chien blanc qu’un grand chien noir.

Et certaines races de grands chiens au pelage foncé souffrent particulièrement de ce stéréotype : rottweiller, beauceron, dogue allemand et dobermann entre autres.

Ce véritable « syndrome du grand chien noir » dispose d’un équivalent chez les félins : le même phénomène touche en effet les chats noirs. Au moins pour les félins la superstition autour du fameux « chat noir » explique en partie cette crainte.

Il n’existe aucune superstition autour d’un quelconque « chien noir » mais il se pourrait que la connotation sociétale de la couleur noire, associée à la tristesse et à la mort mais aussi à l’agressivité, constitue un frein plus ou moins inconscient. De plus au fond d’une cage ou d’un box mal éclairé, un chien au pelage foncé est également plus difficile à voir et son expression plus difficile à capter.

Si les causes précises mériteraient d’être approfondies, l’existence de ce syndrome du grand chien noir ne fait aucun doute. Il est en outre renforcé dans l’imaginaire collectif par le cinéma et la télévision.

Cela peut paraitre anecdotique mais les chiens noirs sont plus difficiles à photographier. Leur expression est souvent moins visible que celle d’un chien au pelage plus clair. Des yeux marrons cernés d’un pelage noir sont moins immédiatement visibles qu’avec un pelage dont la couleur contraste naturellement. La forme de leur corps est pareillement difficile à mettre en valeur en photo.

La peur ou la méfiance envers les gros chiens noirs est strictement humaine. Entre eux les chiens ne traitent pas différemment un chien noir ou un chien blanc. Ce n’est pas la couleur mais l’attitude d’un congénère qui conditionne la réaction d’un chien. Il n’y a donc pas de « racisme » canin.

Faut-il voir dans cette absence de ségrégation canine une preuve que l’intelligence animale dépasse parfois l’intelligence humaine ?

Si vous aimez cet article, partagez le !

CACHOU ET LA NEIGE

Souvenir d’une jolie promenade dominicale autour du Relais du Vert Bois avec Cachou goûtant aux joies de la neige !

Si vous aimez cet article, partagez le !

IL PLEUT IL PLEUT BERGÈRE…

Promenade depuis le Relais du Vert Bois avec Cachou qui saute  gaiement de flaques en flaques pendant que je fais de mon mieux pour ne pas finir les pieds trempés !

Clic clac, petite photo entre deux averses…

La contine bien connue « il pleut il pleut bergère, presse tes blancs moutons » est bien adaptée à la situation météorologique en Normandie ces derniers temps…

Et dire qu’au début de l’été dernier, nos météorologues parlaient de sécheresse à venir ! Le bilan pluviométrique dans l’Eure est désormais tellement élevé qu’il en devient inquiétant et le pire semble désormais à venir…

Au fait… La bergère à laquelle la chanson fait référence est en fait la reine Marie-Antoinette d’Autriche. Elle aimait à jouer les bergères au hameau de la Reine dans le parc du château de Versailles. L’orage pourrait être une allusion aux troubles qui conduisirent à la Révolution française. La petite histoire veut qu’elle ait été chantée lors de la création de la garde nationale, au lendemain de la prise de la Bastille, et que son auteur l’ait fredonnée quelques années plus tard en montant à l’échafaud.

Elle s’est d’abord fait connaître sous le titre Le Retour aux champs avant de s’imposer sous son titre actuel vers 1787. Cependant, elle est encore connue de certains sous le nom de L’Orage.

Si vous aimez cet article, partagez le !

PROMENADE AU LEVER DU SOLEIL

Il a gelé la nuit passée et nous profitons d’un joli levé de soleil pour partir avec mon ami « Cachou » faire notre petit tour dans la forêt alentours… Au loin dans la brume la ville Rouen, encore en partie endormie…

Si vous aimez cet article, partagez le !

LA RENCONTRE DE L’AUTOMNE ET DE LA PLUIE

Souvenir d’une courte mais jolie promenade en contrebas du Relais du Vert Bois.

En remontant du « Val Asselin », accompagné de mon fidèle Cachou qui courait les lapins, je me suis arrêté pour saisir ce joli cliché de la rencontre de l’automne avec une averse qui venait de passer par là…

Si vous aimez cet article, partagez le !

PETITE BALLADE A VÉLO AUTOUR DU RELAIS DU VERT BOIS

J’ai passé ma journée partagé entre le téléphone et l’ordinateur, sauf que j’ai eu la chance de travailler depuis chez moi…

Plutôt agréable comme environnement de travail surtout lorsque la journée se termine par une petite ballade à vélo avec mon sympathique « Cachou » ! Trop vieux pour ce genre d’escapade, notre « Sorbonnou » est resté dormir paisiblement aux écuries.

Avec l’Iphone dans la poche, il est pratique de « saisir » de jolis endroits comme cette photo prise à quelques 2 kilomètres environ du Relais du Vert Bois, où l’on peut se rendre compte des dégâts causés par l’incroyable tempête de 1999 : les arbres qui jalonnaient le chemin forestier ont laissé place à des bruyères formant une véritable « lande ». Une fois encore, comme le disait Aristote : la Nature a horreur du vide…

Si vous aimez cet article, partagez le !

L’ALOE VERA POUR NOS COMPAGNONS A 2 ET 4 PATTES

L’usage de l’aloès dans le traitement des affections humaines et animales est bien connu depuis l’antiquité.

Le gel extrait des feuilles d’Aloe vera (une espèce d’aloès) soulage significativement les douleurs cutanées et accélère la guérison lorsqu’il est appliqué sur les plaies ou les brûlures. Plusieurs études ont démontré que le gel obtenu à partir de la partie centrale de la feuille diminue considérablement le processus inflammatoire et accélère la cicatrisation.

Notre cheval miniature « Henkidou » a souffert d’une attaque de chien il y a 4 ans, et les plaies par morsures étaient particulièrement profondes. Après avoir été recousu en de multiples endroits et lui avoir administré toute la médication nécessaire sous le contrôle de notre équipe vétérinaire, j’ai repris un article lu dans « Les Cahiers de l’Âne » consacré à l’aloe vera dans le traitement des plaies cutanées de toutes sortes. J’ai contacté les deux auteurs (un éleveur et un vétérinaire) et après avoir été briefé plus d’une heure au téléphone, j’ai filé dans notre Biocoop acheter du gel d’Aloe Vera le plus pur possible produit par la société Pur Aloe. 

Et pendant quelques 4 semaines, Henkidou a été désinfecté et littéralement enduit de gel d’aloe vera 3 fois par jour… Le résultat a été stupéfiant et notre ami vétérinaire référent n’en a pas cru ses yeux. De son propre aveu, les applications répétées d’Aloe Vera quasi pur ont divisé par trois le temps de cicatrisation tout en garantissant une reconstruction cellulaire optimisée !

Depuis mon épouse Charlotte et moi-même avons toujours notre bouteille de Pur Aloe dans le frigidaire et n’hésitons jamais à l’utiliser sur une piqûre ou une coupure voire comme après-soleil… Nombreux sont ceux au Mexique ou dans certains états du Sud des USA, à récupérer du gel d’aloe-vera pur depuis la plante pour l’adjoindre à d’autres fruits et réaliser de savoureux cocktails 100% naturels.

Car l’aloé vera agit aussi de l’intérieur. Le « mucilage », qui correspond au gel de la plante, lubrifie les villosités intestinales, supprime l’inflammation et cicatrise le tube digestif. Mais ce n’est pas tout ! Il permet aussi une meilleure assimilation des nutriments donc un renforcement du système immunitaire étant donné que 70% est fabriqué par l’intestin grêle. Il est très intéressant dans les problèmes gastriques, l’acidité, les régurgitations et les brûlures d’estomac. Le mucilage apporte à l’organisme des oligo-éléments, des enzymes, des acides aminés et des vitamines dont la fameuse vitamine B12.

Au XVIIe siècle, son utilisation dans les élevages de chevaux était très répandue en Amérique sous le nom d’aloès caballin. Récolté par les Anglais dans leur colonie de la Jamaïque, il était exporté dans le monde entier. Son action bactéricide est devenue évidente depuis les années 1940, à la suite des résultats convaincants obtenus lors de tests sur les animaux qui ont également démontré l’absence de toxicité de la plante.

Depuis quelques années, l’utilisation d’Aloe vera dans le traitement des affections des vaches laitières, telles que la mastite (ou mammite) est devenue une pratique banale. En effet, cet état inflammatoire de la mamelle occasionné par l’allaitement ou le traumatisme infligé par les machines à traire mal réglées, entraîne une forte diminution de la production laitière.

Cette affection due à des agents pathogènes tels que bactéries, levures, champignons (mycoses), obligeait jusqu’ici les éleveurs à recourir aux antibiotiques. Or, depuis 1979, les laiteries françaises peuvent refuser un lait contenant des traces d’antibiotiques, obligeant l’éleveur à respecter un délai d’attente de livraison très préjudiciable. Le traitement des mammites à l’Aloe vera en usage interne et externe, présente en effet des succès remarquables.

Les fermiers de Californie utilisent de plus en plus souvent l’Aloe vera pour soigner les jeunes veaux. Comme la plupart des veaux sont séparés de leur mère quelques jours après leur naissance, ils restent fragiles et attrapent facilement des maladies. En versant quelques grammes d’Aloe vera stabilisé dans leur biberon, les fermiers ont amélioré la santé de leur cheptel et diminué les pertes.

La feuille d’Aloe vera contient plus de 75 éléments nutritifs et 200 autres composants, ainsi que 20 minéraux, 18 acides aminés et 12 vitamines.

L’aloé vera se trouve aujourd’hui dans de nombreux commerces. Prudence : le mucilage est la seule partie comestible. L’écorce et la sève, qui contiennent de l’aloïne, ont de nombreuses contre-indications avec des effets vermifuge, laxatif et révulsif.

Depuis la malheureuse mais ô combien enrichissante expérience avec notre cheval Henkidou, je me suis particulièrement intéressé à l’aloe vera et quelles qu’aient été mes tentatives et expériences réalisées au cours de mes nombreux voyages pour trouver de très bons produits au meilleur prix, je suis toujours revenu vers la production de Pur Aloe s’agissant de la pureté et de la qualité du gel proposé…

Si vous aimez cet article, partagez le !

PROMENADE AVEC HENKIDOU & CACHOU

Voilà le genre de promenade qui ravit les petits visiteurs du Relais du Vert Bois !

Henkidou, notre falabella de 4 ans est un incroyable cheval miniature, capable de toutes les espiègleries mais aussi d’être un vaillant petit meneur d’attelage…

Le fidèle Cachou, notre gentil chien Beauceron de 5 ans, ouvre toujours la route tandis que Sorbonnou – notre Labrador – trop âgé pour aller gambader, garde la maison !

Au fait…qui est le plus grand ? Henkidou ou Cachou ? Et la plus heureuse sur cette photo ? Sans aucun doute mon épouse Charlotte !

Si vous aimez cet article, partagez le !

COUCHER DE SOLEIL SUR LA PLAGE

Si vous aimez cet article, partagez le !

CACHOU

Si vous aimez cet article, partagez le !